Licence A3 ou A2 ? Vous avez envie de faire de la moto et vous avez besoin de vous défouler ?

Licence A3 ou A2 ? Vous avez envie de faire de la moto et vous avez besoin de vous défouler ?

Licence A3 (et licence A2)

Les gars qui nous font la lecture tous les jours pensent peut-être à s’offrir le premier vélo, parmi les plus anciens, mais il y a simplement l’envie de rouler sur le deux-roues tant désiré. La première étape reste cependant le fait d’obtenir le permis A3 pour le vélo, ou si vous préférez le permis A. Le permis A3, en fait, permet de conduire des motocyclettes sans limitations de déplacement et de puissance, c’est pourquoi il est également appelé permis A sans limites, mais dans le magnum des lois, il est bon de faire un peu de clarté. Tout d’abord, il faut rappeler que ceux qui avaient obtenu le permis A ou B avant le 1er janvier 1986 ne doivent passer aucun examen, ni théorique ni pratique, pour pouvoir conduire des motocyclettes sans limites de déplacement et de puissance. Ceux qui, au contraire, ont obtenu le permis A ou B entre le 1er janvier 1986 et le 25 avril 1988 peuvent conduire n’importe quelle moto, mais seulement à condition de rester à l’intérieur des frontières nationales. Sinon, il faudra passer l’examen pratique. À partir du 18 janvier 2013, l’âge limite pour obtenir directement le permis A3 est de 24 ans, mais il est possible de le faire plus tôt si la personne a obtenu le permis A2 pendant au moins deux ans (qui peut être obtenu après l’âge de 18 ans). Ce que, peut-être tout le monde ne sait pas, a changé avec la dernière mise à jour réglementaire, c’est qu’il n’y a plus de passage automatique de A2 à A3. Fondamentalement, si l’examen n’est pas réussi avec une moto au-delà de la limite de puissance minimale, généralement en raison de l’absence de la condition d’âge, il sera nécessaire de répéter l’examen pratique, en prenant en charge les coûts de la feuille rose, etc.

Licence A : l’examen théorique

Le vrai croque-mitaine pour ceux qui doivent le passer, vous savez, c’est l’examen théorique. Au fond, qui aime être jugé ou, peut-être, une fois son cycle scolaire terminé, veut retourner aux études ? Mais nous sommes des motards et des amoureux du deux-roues, alors nous nous armons de livres, nous allons à l’auto-école la plus proche de chez nous et nous faisons un bon trou pour affronter l’examen théorique qui, avec un peu d’engagement, ne sera plus un croque-mitaine. L’examen théorique ne doit être passé que par les personnes qui sont en première approche avec le permis de conduire, ou par les titulaires du permis AM (celui pour les “cinquantins”), tandis que les titulaires du permis A1 (jusqu’à 125 cc), du permis A2 et du permis B sont dispensés (évidemment, l’obligation de l’examen pratique demeure). L’examen théorique pour le permis A3 est constitué d’un formulaire sous forme de quiz composé de 40 questions avec la formule du vrai ou du faux qui doit être rempli en une demi-heure et qui ne doit pas contenir plus de quatre erreurs pour être réussi. Il convient également de rappeler que la feuille rose (délivrée au moment de l’inscription), a une durée de six mois, au cours de laquelle les deux épreuves, théorique et pratique, doivent être passées.